vendredi 19 mai 2017

Deux légionnaires du 2ème REI meurent lors d’une activité de cohésion

La quarantaine de légionnaires du 2ème régiment étranger d'infanterie (Nîmes) qui se trouvait dans le département de la Marne effectuait, avant un exercice au camp de Suippes, une sortie de cohésion "programmée" en canoë-kayak. Celle-ci était organisée par une entreprise spécialisée sur la Marne. Arrivés à proximité d'un barrage situé sur la commune de Cumières près d'Epernay, deux légionnaires  ont été aspirés par les flots. Les deux hommes sont tombés et ont disparu. Pour le maire de la commune, cité par le quotidien L'Union, "C’est un piège, ce truc-là. Nous, on est du village, on sait très bien qu’il ne faut pas y aller, c’est dangereux." Une trentaine de pompiers, dont des plongeurs, ont été acheminés sur place. L'une des victimes était célibataire. L'autre, père d'un enfant.

mercredi 17 mai 2017

C'est Sylvie Goulard !

Jean-Yves le Drian est bien là mais il change de portefeuille et va aux affaires étrangères. Et c'est la députée européenne Sylvie Goulard qui arrive à la tête d'un ministère qui change d'appellation puisqu'il devient celui des armées. Agée de 52 ans, énarque, élue en 2009 au Parlement européen, polyglotte (allemand, anglais et italien), S. Goulard était plutôt attendue aux affaires européennes qui sont rattachées à Jean-Yves Le Drian, au quai d'Orsay.

mardi 16 mai 2017

Troisième Premier ministre pour le général Lecointre

Arrivé le 1er septembre dernier à Matignon, le général François Lecointre sera le chef du cabinet militaire d'Edouard Philippe après avoir été celui de Manuel Valls puis celui de Bernard Cazeneuve. Ce terrien est issu des Troupes de marine. Il a commandé le 3ème RIMa (Vannes) et la 9ème Brigade d'infanterie de marine (Poitiers). Le directeur de cabinet du nouveau Premier ministre sera Benoît Ribadeau-Dumas, polytechnicien et énarque (major de la promotion 1997).

dimanche 14 mai 2017

(2x + 3)(2x - 3)

Cette formule algébrique figure l'incertitude qui prévaut à qui souhaiterait définir l'architecture du futur gouvernement. Jusqu'ici sous la Vème République, le scénario était classique et ficelé. Le président connu, un fidèle était nommé à Matignon. Et la déclinaison des possibles puis des probables suivait. Mais aujourd'hui, ce n'est pas vraiment le cas. Evidemment des hypothèses sont en marche. Et ce, en fonction du profil de l'homme ou de la femme qui dirigera le gouvernement. Pour le casting gouvernemental, quelques noms, peu nombreux, sont murmurés. Ainsi, celui de Jean-Yves Le Drian. Premier ministre ou le ministre sortant de la défense pourrait-il, plus sûrement, se succéder à lui-même ? Son expérience opérationnelle serait précieuse au président Macron.
Hier, un ancien ministre rencontré, connaisseur des affaires de renseignement, affichait une opinion quant au futur directeur général de la DGSE : Cédric Lewandowski, directeur de cabinet de J. Y. Le Drian à l'hôtel de Brienne. "Il serait un excellent DG... mais ce n'est qu'un souhait. "

samedi 13 mai 2017

Le vrai et le faux Le Drian

A quelques heures de l'installation du nouveau président de la République puis de la nomination d'un chef du gouvernement, Jean-Yves Le Drian était, en début d'après-midi, au Canet-en-Roussillon (Pyrénées-Orientales) devant le délégués du Souvenir français qui tiennent là leur congrès (12 et 13 mai). Le ministre sortant de la défense qui a, récemment, été victime d'une usurpation d'identité en Israël où un "faux Jean-Yves Le Drian", ressemblant physiquement au ministre, a contacté à plusieurs reprises des chefs d'entreprise étrangers afin de les convaincre de verser, sur des comptes offshores, d'importantes sommes d'argent soi-disant destinées à payer des opérations clandestines des services secrets contre le groupe Etat islamique, ou encore pour régler des rançons pour des otages français au Sahel, raconte l'Obs. Jean-Yves Le Drian a déposé une plainte.

vendredi 12 mai 2017

Dark Dune

Cet exercice franco-américain de préparation des forces spéciales se déroulera du 15 au 18 mai, sur la base aérienne 120 à Cazaux. Il a pour objectif "d’entraîner et de qualifier les équipages de l’escadron d’hélicoptères 1/67 « Pyrénées » à la technique spécifique du ravitaillement en vol de jour et de nuit", précise-t-on au ministère de la défense. Le commando parachutiste de l'air n°10 (CPA 10) participera à Dark Dune. Côté américain, se sont deux avions ravitailleurs C130 qui seront déployés sur la base girondine, "avec pour feuille de route notamment du ravitaillement en vol, des posés d’assaut, du vol basse altitude et du largage de parachutistes. "

dimanche 7 mai 2017

Hervé Ladsous, l'ONU et les opérations de maintien de la paix

Le 30 mars dernier, Hervé Ladsous a quitté New York et son dernier poste. Celui de secrétaire général adjoint de l’Organisation des nations unies (ONU), en charge des opérations de maintien de la paix qu’il occupait depuis cinq ans. Dans une longue interview à La Cohorte, magazine de la Société des membres de la Légion d’honneur (SMLH), à paraître le 30 mai, le diplomate français évoque le rôle de « gardien de la paix » qu’il a eu à « jouer » et qui a toujours milité pour que le volet renseignement entre dans la culture onusienne.
"Le maintien de la paix au XXIe siècle doit se faire avec des outils du XXIe siècle non du siècle passé. Traditionnellement, le maintien de la paix, c’était quelques observateurs sans armes, avec une paire de jumelles et une radio plus ou moins perfectionnée, observant et faisant des rapports de ce qu’ils voyaient. Maintenant, ce sont des missions beaucoup plus opérationnelles, dans des environnements de plus en plus complexes, dans lesquels les acteurs ne sont plus des États, mais bien souvent des éléments non étatiques dont le souci n’est pas l’observation des principes du droit humanitaire international ou du droit de la guerre, mais de nous prendre pour cible. Et le pire des exemples, ce sont les attaques que l’on qualifie d’asymétriques, c’est-à-dire le terrorisme, dont nous faisons l’objet au Mali. Nous sommes attaqués avec des mines, à la roquette, à l’IED (engins explosifs improvisés), et cela nous coûte cher en hommes. Au Mali, nous en sommes à 124 casques bleus tués depuis trois ans (1). Il est évident que nous ne pouvons être ni aveugles ni sourds, qu’il faut que nous sachions, le mieux possible, ce qui se passe, ce qui se profile, que nous ayons par conséquent une véritable politique du renseignement. Je suis content de voir que les États membres ont finalement souscrit à ces principes."

(1) Entretien réalisé à la mi-avril 2017