jeudi 27 avril 2017

Une BD-reportage sur la Légion


Une BD-reportage est un témoignage. Au même niveau qu'un documentaire, un article, un livre... Election présidentielle, catastrophe de Fukushima, tuerie de Charlie-Hebdo, 36 quai des orfèvres, la BD-reportage ausculte, comme le font habituellement les journalistes, l'actualité et le monde. Hervé Loiselet et Benoît Blary ont, eux, consacré un album à la Légion étrangère. Avec la volonté de respecter l'angle qui me parait incontournable mais essentiel : qui sont ces hommes ? Les auteurs sont donc partis à leur découverte et ont ainsi pu voir vivre l'institution. Certains chapitres se terminent d'ailleurs par des interviews qui sont autant de repères. Le scénariste, H. Loiselet et le dessinateur, B. Blary qui n'en sont pas à leur premier travail historique, proposent là leur regard sur la Légion étrangère. Cette représentation renforce celles, nombreuses, des  journalistes, écrivains, réalisateurs, peintres, depuis le début du XXème siècle. Leur apport est réussi. Et peut toucher un nouveau public.
Legio nostra sort demain (éditions Le Lombard). Date de parution évidente, à deux jours de Camerone....

mercredi 26 avril 2017

Le général Palasset directeur général par intérim de la DGSE

En attendant le nomination, par le futur gouvernement, du directeur général de la DGSE, c'est l'actuel directeur de cabinet, le général de corps d'armée Jean-Pierre Palasset qui assurera l'intérim, après le départ de Bernard Bajolet (68 ans) atteint par la limite d'âge. Décision actée par le conseil des ministres, en fin de matinée. Jean-Pierre Palasset, 56 ans a commandé le 27ème bataillon de chasseurs alpins (2003-2005), la force Licorne en Côte d'Ivoire (2010-11), les forces françaises en Afghanistan (2011-2012), l'opération Barkhane (2014-2015). Il est, depuis, le numéro deux de la Direction générale de la sécurité extérieure.

mardi 25 avril 2017

Hommage à Xavier Jugelé

Au cours de la cérémonie qui s'est déroulée, ce matin, à la préfecture de police de Paris, Xavier Jugelé, le policier abattu jeudi soir sur les Champs-Elysées a été élevé, à titre posthume, au grade de capitaine et a reçu l'insigne de chevalier la Légion d'honneur. Croix déposée sur son cercueil par le président de la République. Ce matin, le Journal officiel annonçait également que les deux policiers blessés jeudi, étaient nommés chevalier de l'ordre national du Mérite. En 2016, huit policiers et quatorze gendarmes sont morts dans l'exercice de leur fonction, a rappelé ce matin François Hollande.

lundi 24 avril 2017

Adieu à Alain Gayet

Après une messe célébrée à Saint-Louis des Invalides, les honneurs militaires ont été rendus à 16h, à Alain Gayet dans la cour d'honneur.
Son cercueil était porté par un onze militaires du 1er spahis (Valence, Drôme), héritier du 1er régiment de marche de spahis marocains (1er RMSM), au sein duquel il combattit durant la Seconde Guerre mondiale (voir post du 21 avril). Un hommage lui a été rendu par Jean-Yves le Drian, ministre de la défense, qui a évoqué cet officier "qui inspirait confiance à ses hommes".

vendredi 21 avril 2017

Décès d'Alain Gayet, Compagnon de la Libération

Jeune homme, ses parents voulant le "faire mûrir", l'envoyèrent en Autriche afin qu'il apprenne l'allemand. C'était en 1936-1937, Alain Gayet avait quinze ans. Il se retrouva dans un collège de jésuites, situé à la frontière avec le Liechtenstein et la Suisse. "A Noël 1938" me raconta il y a quelques années Alain Gayet, lors de l'écriture d'un ouvrage consacré aux Compagnons de la Libération (1), "je suis  retourné en Autriche, près de Linz, participer à un camp de rapprochement franco-allemand.  Au cours de ce séjour, visitant le musée de Munich, j'y rencontrai Hitler. L'instant était très curieux. J'y discutais avec des jeunes filles qui, comme aimantées, étaient attirées par leur chancelier. Ce qui m'a frappé chez lui, c'est son nez pyramidal, géométrique."
Le 18 juin 1940, Alain Gayet réussit à embarquer sur un charbonnier à Brest. Le lendemain, il se retrouve à Falmouth (Angleterre). Le 1er juillet, il s'engage "pour la durée de la guerre" au sein de l'armée de Gaulle, les futures Forces françaises libres (FFL). Le garçon de dix sept ans rêve d'aviation. Il rejoint le train des équipages. Puis c'est l'expédition de Dakar, l'école des officiers à Brazzaville. L'aspirant Gayet rejoint, à Damas, en septembre 1941, les spahis marocains (peloton d'automitrailleuse) où il liera d'amitié avec un autre futur Compagnon, Fred Moore. il se distingue à El Alamein(Egypte, octobre 1942), en Tunisie l'année suivante. Promu sous-lieutenant, il quitte provisoirement le combat...pour aller passer son bac. Il retrouve le 1er régiment de marche de spahis marocains (1er RMSM) avec lequel il débarque en France, le 1er août 1944. Après la libération de Paris, il poursuit le combat dans les Vosges. Audacieux, homme de sang-froid, il se distingue en Moselle puis plus tard à Royan. Alain Gayet termine la guerre en Allemagne, avec le grade de lieutenant, chevalier de la légion d’Honneur et titulaire de cinq citations.


Alain Gayet, le 18 juin 2016 (@Ordre de la Libération)
Démobilisé, le toujours jeune homme entreprend des études de médecine et de chirurgie. Il exerce à Charleville-Mézières (Ardennes), à Bastia (Haute-Corse), à Dunkerque (Nord), aux Sables-d'Olonne (Vendée). Alain Gayet est décédé hier, à l'âge de quatre-vingt quatorze ans, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).
Grand officier de la Légion d'honneur, Alain Gayet était le grand-père de l'actrice et productrice, Julie Gayet. Onze Compagnons de la Libération sont encore vivants.

(1) Les Compagnons de la Libération, Résister à 20 ans, Privat, 2006 

jeudi 20 avril 2017

Fusillade sur les Champs-Elysées, un policier tué (actualisé)

Les faits se sont déroulés vers 21h, face au 102 de l'avenue des Champs-Elysées, dans le 8ème arrondissement de Paris. Une voiture s'est arrêtée à la hauteur d'un car de police. Un homme en est descendu et a immédiatement tiré sur un policier qu'il a tué. Il a, ensuite, blessé deux autres policiers. L'assaillant a été abattu. Une passante a été blessée. Un conseil de sécurité se tiendra ce vendredi matin, a annoncé peu après 23h, François Hollande dans une déclaration faite sur le perron de l'Elysée. L'attaque a, ensuite, été revendiquée par l'organisation EI.

mardi 18 avril 2017

Franciscek Gniewek le légionnaire

Cette figure de la Légion étrangère, quatre vingt dix ans, vient de se voir conférer la dignité de grand officier de la Légion d'honneur. Franciszek (François) Gniewek n'a pas encore seize ans quand il participe à la libération de Paris avec les FFI (Forces françaises de l'intérieur), en 1944. La même année, il s'engage à la Légion étrangère. Il servira à la 13ème DBLE, à la 4ème CSPLE et au 2ème REC. Sous-officier, il participe à deux campagnes d’Indochine, à Dien Ben Phu, puis sert en Algérie. Il sera blessé, durant sa carrière,  à quatre reprises. Franciscek Gniewek est titulaire de neuf citations dont deux à l’ordre de l’armée. Il quitte le service en 1961 avec le grade d’adjudant-chef et sera nommé lieutenant de réserve. sidant dans l'est de Paris, il est l'un des neuf officiers ayant servi à titre étranger à avoir porté lors de Camerone, la main du capitaine Danjou

dimanche 16 avril 2017

Promotion de Pâques de la Légion d'honneur

La fondation Maria et Jean Busnot (voir post du 2 avril 2016) distribue des bourses à des filles et fils de légionnaires afin qu’ils puissent accéder aux études supérieures. Maria disparue, Jean poursuit cette oeuvre philanthropique, accordant également un soutien, "non négligeable", à la FSALE (Fédération des sociétés d’anciens de la Légion étrangère). Jean Busnot figure dans la promotion de Pâques de la Légion d'honneur, publiée ce matin au Journal officiel. Ce chef d'entreprise est promu commandeur. Autres personnalités distinguées : Bernard Bajolet, directeur général de la DGSE, élevé à la dignité de grand officier, Michel Roussin, ancien directeur de cabinet du directeur général du SDECE puis, ultérieurement, ministre de la coopération promu commandeur et Louis Gautier, secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale promu officier.

samedi 15 avril 2017

Vingt huit "tirailleurs sénégalais" naturalisés par Fançois Hollande

Le président de la République a présidé, aujourd'hui à l'Elysée, cette cérémonie de naturalisation de vingt huit "tirailleurs sénégalais" ayant combattu dans les rangs de l'armée française, en Indochine ou Algérie. On compte parmi ces tirailleurs vingt trois Sénégalais, deux Congolais, deux Centrafricains, et un Ivoirien. Ces hommes appartiennent à la « dernière génération » d’une longue lignée de combattants africains engagés volontaires ou enrôlés d’autorité dans les rangs de l'armée française.


Cette cérémonie est l’aboutissement d'une pétition lancée en 2016 par la petite-fille d'un ancien combattant sénégalais. Pétition signée par soixante mille personnes. A la fin de ces guerres, afin de pouvoir assurer la subsistance de leur famille restées en Afrique, de nombreux tirailleurs choisirent de rester en France. Ils vivent, pour la plupart, aujourd'hui, dans une situation précaire. D'autres dossiers pourraient être examinés dans les prochains mois.

vendredi 14 avril 2017

La Garde nationale en chiffres

65 000 réservistes aujourd'hui, 75 000 à la fin de l'année et 10 000 de plus fin 2018. "En 2015" précise le général Poncelin de Raucourt, secrétaire général de la Garde nationale, "un tiers de la réserve avait moins de 30 ans. Elle va continuer de rajeunir (1). Nous avons 20 % d'étudiants et 20% de femmes. Et de plus en plus de personnes qui n'ont aucun passé militaire." 6 000 réservistes sont utilisés quotidiennement. Le nombre de jours d'activité moyen annuel est passé de 25 en 2015 à 30 l'année dernière. Et pourrait passer à 35 en 2017.

(1) Entretien au quotidien Sud-Ouest,13 avril 2017

mercredi 12 avril 2017

Réforme de la gouvernance de l'ordre de la Libération

Transfert de la tutelle du ministère de la justice à celui de la défense, création d'une fonction de chancelier d'honneur, constitution d'un conseil scientifique du musée de l'ordre de la Libération. Telles sont les trois principales mesures prises, ce matin, par le conseil des ministres
Depuis 2012, la mémoire de l’Ordre de la Libération a été confiée, conjointement, aux Compagnons survivants (ils sont douze aujourd'hui) et aux cinq communes ayant reçu la croix de la Libération à titre civil (Nantes, Grenoble, Paris, Vassieux-en-Vercors et l’ile de Sein). Les Compagnons disparaissant, c'est le Conseil national des communes "Compagnon de la Libération" (CNC-CL, créé par la loi n° 99-418 du 26 mai 1999), établissement public à caractère administratif qui est amené à gérer la mémoire des1038 hommes et femmes qui ont reçu la Croix de la Libération. Son nouveau délégué national, le général Christian Baptiste veut, notamment, utiliser la figure de proue constituée par les Compagnons pour sensibiliser les jeunes générations sur l'engagement. "Un jeune a toujours l'alternative entre un destin choisi et un destin subi." Pour cela, il paraissait logique que l'ordre rejoigne "les missions mémorielles et muséales ainsi que les politiques de reconnaissance et de réparation du ministère de la défense." L'autre versant de cette réforme est la création de la fonction de chancelier d'honneur, qui sera confiée à Fred Moore (97 ans), huitième et dernier Compagnon à avoir été nommé chancelier de l'ordre de la Libération. Charge dont il avait démissionné en janvier dernier.

lundi 10 avril 2017

Le général Ract-Madoux candidat aux législatives

Dans la 1ère circonscription de la Drôme (Valence, Tain l'Ermitage) où le député sortant, Patrick Labaune, cumul des mandats oblige, a choisi de conserver la présidence du conseil départemental.
Le général d'armée Bertrand Ract-Madoux se présente sous l'étiquette Les Républicains,  dans un département qu'il connait bien pour y avoir commandé le 1er régiment de Spahis (1995-97). L'ancien chef d'état-major de l'armée de terre aura pour suppléante Marlène Mourier, maire (LR) de Bourg-les-Valence. Actuellement gouverneur des Invalides, le général Ract-Madoux n'aura donc effectué que deux années sur les cinq du mandat.

jeudi 6 avril 2017

Mort d'un soldat français au Mali

Julien Barbé caporal-chef du 6ème régiment de génie d'Angers (Maine-et-Loire) avait pris place, hier après-midi, dans un véhicule blindé léger qui " a subi une attaque par un engin explosif " selon les informations fournies, ce matin, par le ministère de la défense. L'explosion qui eu lieu à Hombiri (est du Mali) a également blessé deux autres militaires. Les éléments de la force Barkhane qui se trouvent dans cette région, située à 200 km au sud-ouest de Gao, participent avec avec leurs homologues burkinabés et maliens à une opération dans la zone frontalière (Burkina-Faso et Niger).

mercredi 5 avril 2017

Le proviseur de Grasse, chevalier de la Légion d'honneur

C'est allé très vite. Hervé Pizzinat, le proviseur du lycée Alexis de Tocqueville de Grasse (Var) vient d'être, aujourd'hui, nommé dans l'ordre de la Légion d'honneur et recevra, demain, l'insigne des mains de la ministre de l'Education nationale. Le 16 marsHervé Pizzinat s'était précipité dans le hall de son établissement pour empêcher un lycéen armé qui était déterminé à tuer une dizaine de ses camarades. Cet adolescent âgé de 16 ans avait fait cinq blessés, dont le proviseur.